27 décembre 2010 1 27 /12 /décembre /2010 14:49

 

 

 

 

  meilland_terracotta.jpg

 

 

 

 

 

10

 

 

 

Si l'univers est tout empli de ronces

Le coeur de l'amant est tout entier roseraie.

 

 

Et si la roue du firmament est oisive à tourner

Le monde des amants est en labeur.

 

 

Que tous deviennent tristes et l'âme de l'amant

Sera tendre, gaie, en fête.

 

 

A l'amant donne, toi, où qu'elle soit morte, la torche

Car il a, lui, cent mille lumières.

 

 

Et si l'amant est seul, il n'est pas seul

Car il est intime avec l'Aimé secret.

 

 

L'ivresse des amants jaillit de la poitrine,

Le partenaire de l'amour est dans les mystères.

 

 

De cent promesses l'amour ne se contente pas

Car les ruses des maîtresses sont nombreuses.

 

 

Et si tu vois un amant malade

La jolie femme n'est-elle pas au chevet du malade ?

 

 

Prends l'amour pour monture et ne crains pas pour la route

Car le cheval de l'amour a l'allure aisée.

 

 

D'un seul élan il te fera atteindre la demeure

Même si le chemin n'est pas uni.

 

 

L'âme de l'amant ne se nourrit pas d'herbe

Car l'âme des amants a coutume du vin.

 

 

Grâce à Shamsoddîn de Tabrîz tu trouveras

Un coeur qui soit ivre et tout clairvoyant.

 

 

 

 

 

Jalâloddîn Rûmî


Poèmes d'amour mystique

Edition de Christian Jambet

Partager cet article
Repost0
Published by Lotus - dans Soufisme,poèmes, contes soufis
17 novembre 2010 3 17 /11 /novembre /2010 13:49

 

 

 

Rûmi "Mon coeur Brulé..."

 

  coeur-brule.jpg

 

 

 

 

 

Ô toi, dont l'Amour est l'essence du monde et de l'émerveillement !


Ce qu'apporte Ton amour, c'est le bouleversement.


Combien de temps m'interrogeras-sur l'état de mon coeur brûlé ?


Alors que, Tu le sais bien, tu le connais mieux que moi-même !

 

 


 

 

Rubâiyat - Rûmi

Partager cet article
Repost0
Published by Lotus - dans Soufisme,poèmes, contes soufis
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 13:52

kabirsoufi.jpg

 

 

 

Repu

 

 

Un homme vint voir Bahaudin Naqshband et lui dit :

 

"J'ai voyagé, je suis allé de maître en maître, j'ai étudié de nombreuses voies. J'en ai reçu de grands bienfaits et retiré maints avantages.

"Je voudrais maintenant me joindre au cercle de vos disciples, que je puisse m'abreuver à la source de la connaissance, et progresser de degré en degré sur la voie spirituelle, la tariqa."

Bahaudin ne répondit rien. Il demanda qu'on servit le dîner. Lorsqu'on eut apporté le riz et le ragoût, et que son hôte se fut régalé, le maître insista pour qu'il en reprît. Et ainsi à plusieurs reprises. Puis il lui offrit des fruits et des gâteaux, et fit signe qu'on apporte d'autre pilaf, et d'autres mets, et des légumes, et des salades, et des confitures. Le tout en abondance.

 

L'invité se sentit d'abord flatté, et, voyant que Bahaudin semblait toujours plus ravi à chaque nouvelle bouchée qu'il avalait, mangea autant qu'il put. Quant à son appétit commença à faiblir, le sheikh soufi parut très contrarié. Alors, pour ne pas le mécontenter, le malheureux ingurgita presque un deuxième repas.

 

Quand son invité fut dans un état tel qu'il aurait été bien incapable d'avaler même un grain de riz et que, pris de malaise, il dut s'allonger sur des coussins, Bahaudin dit enfin:

"Quand tu t'es présenté devant moi, tu étais aussi plein d'enseignements non digérés que tu l'es maintenant de viande, de riz, de fruits... Tu te sentais mal à l'aise. Parce que tu ne sais pas ce qu'est le vrai malaise spirituel, tu as pris cette sensation pour celle de la faim, faim de connaissances nouvelles. En réalité, ce dont tu souffrais, c'était d'indigestion.

 

"Je peux t'instruire si tu es prêt maintenant à suivre mes directives, prêt à rester ici avec moi le temps qu'il faudra pour digérer - au moyen d'activités qui ne te sembleront pas initiatiques mais qui sont l'équivalent de la substance qu'on absorbe pour pouvoir digérer un repas comme celui-là afin qu'il soit transformé en éléments nutritifs plutôt qu'en graisse."

 

Le visiteur accepta la proposition du sheikh.

 

Il raconta son histoire des dizaines d'années plus tard alors qu'on parlait de lui désormais comme du grand maître Sufi Khalil Ashrafzada.

 

 

 

Idries Shah

Contes soufis

Partager cet article
Repost0
Published by Lotus - dans Soufisme,poèmes, contes soufis
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 15:16

derviche-image.jpg

 

 

 

 

 

Le miracle du roi derviche

 

 

On rapporte que le maître soufi Ibrahim ben Adam était assis dans une clairière lorsqu'il vit venir vers lui deux derviches errants. Il leur fit bon accueil et s'entretient avec eux de questions spirituelles jusqu'au crépuscule.

 

Quand la nuit fut tombée, Ibrahim convia les deux hommes à dîner. Ceux-ci acceptèrent. Aussitôt, une table couverte des mets les plus fins se matérialisa sous leurs yeux.

"Depuis combien de temps es-tu dervihe ? interrogea un des voyageurs.

- Deux ans, répondit Ibrahim.

- Cela fait près de trente ans que je suis la voie soufie, et jamais une telle aptitude ne s'est manifestée."

Ibrahim ne dit rien.

Ils avaient presque fini de manger quand un inconnu revêtu d'une robe verte entra dans la clairière.

L'inconnu vint s'asseoir près d'eux et partagea leur repas.

Ils surent, par un sens intérieur, que cet homme était Khidr, le Guide immortel de tous les soufis. Ils attendirent qu'il leur transmette une part de sa sagesse.

Se levant pour partir, et se tournant vers les derviches errants, Khidr dit simplement :

"Le miracle d'Ibrahim vous remplit d'étonnement.

"Mais qu'avez-vous abandonné pour suivre le chemin derviche ?

"Vous avez renoncé à la sécurité, à tout ce que la vie ordinaire peut apporter.

"Ibrahim ben Adam était un roi puissant. Il a renoncé au trône de Balkh pour se faire soufi.

"C'est pourquoi il est loin devant vous.

"Durant ces trente années, le renoncement vous a procuré certaines satisfactions.

"Elles sont votre salaire.

"Ibrahim, quant à lui, s'est toujours abstenu de demander quoi que ce soit en paiement de son sacrifice."

 

L'instant d'après, Khidr n'était plus là.

 

 

 

 

 

 

Idries Shah

Contes soufis (collection soufisme vivant)

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article
Repost0
Published by Lotus - dans Soufisme,poèmes, contes soufis
5 novembre 2010 5 05 /11 /novembre /2010 09:13

MUSIQUE SOUFIE D'IRAN

 

 

Daniel Reza Machkoui, poète et musicien franco-iranien, interpréte au sétar


le poème le chant du Ney de Rûmi

 

 

 

 

 


Ecoute le Ney raconter son histoire
Il se lamente de la séparation depuis
Qu'on m'a coupé de la jonchaie
Ma plainte fait gémir l'homme et la femme
Je veux un coeur déchiré par la séparation
Pour y verser la douleur du désir
Quiconque demeure loin de sa source
Aspire à l'instant où il lui sera à nouveau uni
Moi, je me suis plaint en toute compagnie
Je me suis associé à ceux qui se réjouissent
Comme à ceux qui pleurent
Chacun m'a compris selon ses propres sentiments
Mais nul a cherché à connaître mes secrets
Mon secret pourtant n'est pas loin de ma plainte
Mais l'oreille et l'oeil ne savent pas le percevoir
Le corps n'est pas voilé à l'âme, ni l'âme au corps
Cependant, nul ne peut voir l'âme
C'est du feu, non du vent, le son de la flûte
Que s'anéantisse celui à qui manque cette flamme !
C'est le feu de l'Amour qui est dans le roseau...

RÛMI
Ney : longue flûte en roseau
Partager cet article
Repost0
Published by Lotus - dans Soufisme,poèmes, contes soufis
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 14:37

250px-Shams ud-Din Tabriz 1502-1504 BNF Paris

 

 

SHAMS AL DIN DE TABRIZ

 

 

 

               Shams al dîn Tabrizi, Chamseddine Tabrizi ou Shams -e- Tabrizi était un mystique soufi iranien né à Tabriz en Azerbaïdjan iranien, mort en 1248. Il est responsable de l'initiation de Jalâl Al Dîn Rûmî, aussi connu sous le nom de Rumi, Mevlana, Mawlanna au mysticisme islamique et a été immortalisé par le recueil de poèmes de Rûmî inititulé "Diwane e Shams -e Tabrizi" (les travaux de Shams de Tabriz).

               Shams al Dîn Tabrizi a écrit un livre en prose persane, "Le Maqalat" semble avoir été écrit durant les dernières années de sa vie, comme il parle de lui même comme un vieil homme. Dans l'ensemble, il porte une interprétation mystique de l'islam et contient des conseils spirituels. Quelques extraits du Maqalat, donne un aperçu de la pensée de Shams :

 

 

* Un brave homme se plaint de personne ; il ne regarde pas les défauts.

 

* La joie est comme l'eau claire pure, partout où elle coule, des fleurs merveilleuses grandissent... La douleur est comme un flot noir, partout où il coule il flétrit les fleurs.

 

* Et la langue persane, comment se fait-il ? Avec beaucoup d'élégance et de bonté afin de telle sorte que la signification et l'élégance que l'on trouve dans la langue persane est introuvable dans l'arabe.

 

             Shams et Rûmî vivaient à Konya, aujourd'hui en Turquie pendant plusieurs années. Certains pensent qu'il serait mort assassiné par des disciples de Rûmî. Shams Trabrizi est mort à Konya et y est enterré, son tombeau a été désigné comme patrimoine culturel mondial par l'Unesco.

 

 

 

 

Source : Wikipédia et Wapedia (des soucis de traduction)

 

 

 

Shamseddine_tabrizi_bust_khoy.jpg

Partager cet article
Repost0
Published by Lotus - dans Soufisme,poèmes, contes soufis
23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 15:11

 

 

 

 

"Sois enivré d'amour"

 

 

 

Sois enivré d'amour car l'amour est tout ce qui existe

L'amour est d'ordre universel.

Chaque instant qui s'écoule loin de l'amour

Est devant Dieu comme un objet de honte

Recherche le royaume de l'Amour

Car ce royaume te fera échapper à l'ange de la mort.

Les moeurs de l'amour ignorent les conventions.

Si tu es amoureux de l'amour, si c'est l'amour que tu recherches

Prends un poignard aiguisé et coupe le cou de la timidité

Et saches que la réputation est un grand obstacle sur ce Sentier.

 

 

 

 

 

Rûmî extrait "Odes mystiques"

 

 

 

 

 

amour-celeste.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Lotus - dans Soufisme,poèmes, contes soufis

Vous Êtes Sur

  • : au-coeur-du-lotus.over-blog.fr
  • : Faire partager mes envies, ma spiritualité, mes livres, la musique, mon univers...
  • Contact

 

 

 

 

 

BlogLotus3

Recherche

Bloglotus3

Archives

 

 

BlogLotus4bis

Journal De Vie

blogLotus5