Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 08:16

voeux2013.jpg

 

 

"... Le seul fait de rêver est déjà très important.

Je vous souhaite des rêves en n'en plus finir,

et l'envie furieuse d'en réaliser quelques-uns.

Je vous souhaite d'aimer ce qu'il faut aimer

et d'oublier ce qu'il faut oublier.

Je vous souhaite des passions.

Je vous souhaite des silences.

Je vous souhaite des chants d'oiseaux au réveil 

et des rires d'enfants.

Je vous souhaite de résister à l'enlisement de l'indifférence, 

aux vertus négatives de notre époque.

Je vous souhaite d'être surtout d'être Vous."

 

 

Jacques Brel 1er janvier 1968

 

 

 


Repost 0
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 13:21

blogLotus5

 

 

 

Chers lecteurs, voici la nouvelle présentation du Blog Au Coeur du Lotus. 

Repost 0
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 08:16

 

fond-d-ecran-0187--1600x1200-.JPG

 

Vend des bracelets créer par Gaëlle Lotus, petit cadeau pour Noël ou tout simplement se faire un petit plaisir

25€ le bracelet frais de port compris 

 

Bracelets fantaisie avec pierres semi-précieuses Sodalite, Jaspe Rouge et Corail éponge, perle Onyx noir, perles argent Tibétain et perles fantaisies.

 

N°1

 

fond-d-ecran-0177--1600x1200-.JPG 

 

Bracelet élastique Perle ronde en Sodalite, argent tibétain, pompon argent, perles fantaisie 25 €

 

 

N°2

 

 

fond-d-ecran-0181--1600x1200-.JPG

Bracelet élastique Perle ronde en Corail éponge, perle Onyx noir, perles argent tibétain, perles fantaisies,

pompon argent 25€

 

N°3

 

fond-d-ecran-0184--1600x1200-.JPG

Bracelt élastique Perle ronde en Corail éponge, perle Onyx noir, Perles argent tibétain, perles fantaisie, charms Coeur 25€

 

 

N°4

 

 

fond-d-ecran-0182--1600x1200-.JPG

Bracelet élastique Perles rondes de Jaspe rouge, perles de jade, perles argent tibétain, perles fantaisies, charms Croix ajourée 25€

 

 

N°5

 

fond-d-ecran-0185--1600x1200-.JPG

Bracelet élastique, perles rondes jaspe rouge, perles jade, perles Onyx noir, perles argent tibétain, charms pompon argent perles fantaisies, 25€

 

 

N°6

 

fond-d-ecran-0186--1600x1200-.JPG

Bracelet élastique, perles rondes de Sodalite, petites perles de Sodalite, perles argent tibétain 20 €

 

 

Vous pouvez me contacter en laissant un message sur Contact du Blog.

 

 

 


Repost 0
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 08:45
JESUS

 

 

PRENEZ MON FILS !

Un homme riche et son fils aimaient collectionner des œuvres d'art très rares.
Ils avaient tout dans leur collection, de Picasso à Raphaël.
Ils s'asseyaient souvent ensemble et admiraient les grands travaux de l'art.

Quand le conflit du Vietnam éclata, le fils partit pour la guerre.
Il était très courageux et mourut dans la bataille en sauvant un autre soldat.
Le père fut avisé et fut profondément affligé pour la perte de son seul fils.

Environ un mois plus tard, juste avant Noël, quelqu'un frappa à la porte.
Un jeune homme se tenait à la porte avec un large paquet dans ses mains.

Il dit : Monsieur, vous ne me connaissez pas, mais je suis le soldat pour qui votre fils a donné sa vie. Il a sauvé beaucoup de vie ce jour là, et il était entrain de me transporter lorsqu'une balle l'a heurté au cœur et il mourut instantanément.
Il m'a souvent parlé de vous, et de votre amour pour l'art.

Le jeune homme lui donna un paquet.
Je sais que ce n'est pas grand chose. Je ne suis pas vraiment un grand artiste, mais je crois que votre fils aurait voulu que vous l'ayez...

Le père ouvrit le paquet.
C'était un portrait de son fils, peint par le jeune homme.
Il regarda fixement avec crainte la manière que le soldat avait capté la personnalité de son fils sur la peinture.
Ses yeux ressemblaient tellement au sien que ses propres yeux se remplirent de larmes.
Il remercia le jeune homme et lui offrit de le payer pour la peinture.

Ah non ! Monsieur, je ne pourrai jamais rembourser ce que votre fils m'a fait.

C'est un cadeau.
Le père accrocha le portrait au-dessus de son manteau.
Chaque fois que les visiteurs venaient à sa maison il les amenait voir le portrait de son fils avant de leur montrer tous les autres grandes œuvres qu'il s'était procurées.

L'homme mourut quelques mois plus tard.

Il devait y avoir une grande enchère de ses peintures. Beaucoup de personnes influentes s'étaient réunies, tous excités de voir les grandes peintures et d'avoir l'occasion d'en acheter une pour leur collection. Sur la plate-forme reposait la peinture de son fils.
Le commissaire- priseur martela son marteau.
Nous commencerons l'offre avec l'image de son fils. Qui fera une offre pour cette peinture ?

C'était le silence.

Alors une voix au fond de la salle cria, Nous voulons voir les célèbres peintures.. Sautez celle-ci. Mais le commissaire- priseur persista. Est-ce que quelqu'un fait une offre pour cette peinture ? Qui commencera l'offre ? $100, $200 ?

Une autre voix en colère cria : nous ne sommes pas venus pour voir cette peinture. Nous sommes venus pour voir le Van Gogh, le Rembrandt. Commencez avec les vraies offres !
Mais le commissaire- priseur continuait toujours.

Le fils ! Le fils ! Qui veut prendre le fils ? Une autre voix en colère cria : Nous ne sommes pas venus pour voir cette peinture. Nous sommes venus pour voir le Van Gogh, le Rembrandt. Commencez avec les vraies offres !

Mais le commissaire- priseur continuait toujours.
Le fils ! Le fils ! Qui veut prendre le fils ?
Finalement, une voix cria du fond de la salle.
C'était le jardinier il avait longtemps été au service de l'homme et de son fils.

Je donne $10 pour la peinture.
Étant un pauvre homme, c'était tout ce qu'il pouvait se permettre. '
Nous avons $10, qui offrira $20 ?
Donne-lui pour $10 et fait-nous voir les Maîtres ?

La foule devenait en colère ils ne voulaient pas avoir la peinture de son fils.
Ils voulaient un investissement plus dispendieux pour leurs collections.
Le commissaire- priseur martela son marteau.
Une fois, deux fois, VENDU pour 10 $ !
Un homme qui était assis dans la deuxième rangée cria, maintenant laisses-nous voir la collection !
Le commissaire- priseur posa son marteau.
Je suis désolé, mais l'enchère est finie.

Qu'arrive-t-il avec les peintures ?
Je suis désolé.
Quand l'on m'a demandé pour conduire cette enchère, l'on m'avait donné une condition secrète dans sa volonté.
Il ne m'était pas permis de dévoiler cette condition jusqu'à maintenant.
Seulement la peinture du fils serait vendue aux enchères.
Celui qui achèterait la peinture hériterait du domaine entier, y compris les peintures. L'homme qui a pris le fils obtient tout !

Dieu a donné Son fils il y a 2000 ans afin de mourir sur la croix.
Tout comme le commissaire- priseur, son message aujourd'hui est :
Le fils, le fils, Qui prendra le fils ?
Parce que, vous voyez, celui qui prend le fils obtient tout.

Inconnu

 

 

 

 

Repost 0
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 06:18

 

 

 

  soleil-levant.jpg

 

 

 

 

 

 

Toi, la lumière éternelle,
dans l'étable obscure,
Viens !

Toi, le soleil levant,
dans la nuit du monde,
Viens !

Toi, le maître et le Seigneur,
dans l'humilité du serviteur,
Viens !

Toi, la parole et le Verbe,
dans le secret du silence,
Viens !

Toi, le veilleur et le gardien,
dans le sommeil de l'enfant,
Viens !

Toi qui es l'unique pasteur,
dans la douceur de l'agneau,
Viens !

Toi qui es corps livré,
dans la maison du pain,
Viens !

Toi qui es Dieu avec nous,
dans le sanctuaire de la crèche,
Viens !

Toi qui es la joie du ciel,
dans nos vallées de larmes,
Viens !

Toi qui es la paix donnée,
dans nos violences meurtrières,
Viens !

Toi qui es de toute éternité,
dans le temps de l'humanité,
Viens !

 


 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Père Bernard Chataignier - dans Au fil de l'actualité...
commenter cet article
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 08:13

 

 

  image-islam-128.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
1 mai 2011 7 01 /05 /mai /2011 12:36

 

 

 

 

 

 

 

 

Un nouveau Pasteur et sa femme nouvellement affecté à leur premier ministère qui est de rouvrir une église dans la banlieue de Brooklyn sont arrivés début octobre tout excité au sujet de leurs opportunités. Quant ils ont vu leur église, elle était très délabrée et nécessitait beaucoup de travail. Ils se sont fixés un objectif, d’avoir tout fait pour   leur premier service à la veillée de Noël                                                      
 
Ils ont travaillé dur, réparé les bancs, plâtré les parois, peint les murs, etc. et le 18 décembre, ils étaient en avance sur leur planning et venaient juste de finir. 
 

Le 18 décembre, une terrible tempête, un orage a ravagé la région et a duré deux jours.  
 

Le 21, le Pasteur se dirigea vers l’église. Son cœur se serra quant il vit que le toit s’était envolé provocant un grand trou dans le mur dans le fond de l’église juste derrière la chaire. 
 

Le Pasteur nettoya le désordre sur le plancher et ne sachant quoi faire d’autre décida d’annuler la veillée de Noël. Il se dirigea vers sa maison. Sur le chemin, il remarqua que les entreprises locales avaient ouvert une sorte de marché aux puces de la charité et il s’arrêta. Il vit une belle nappe, couleur ivoire dont le travail était exquis, belle couleur et une croix brodée dans le centre. C’était juste la taille pour fermer le trou dans le fond de l’église. Il l’acheta et se dirigea vers l’église.
 
Pendant ce temps, il avait commencé à neiger. Et une vieille femme venant dans le sens opposé essayait de rattraper le bus qu’elle manqua. Le pasteur lui proposa alors de venir attendre le prochain bus dans l’église afin de pouvoir se réchauffer.
 
Elle s’assit sur un banc et ne fit pas attention au Pasteur qui attrapa une échelle, un cintre, etc., pour mettre la nappe comme une tapisserie murale. Le pasteur pouvait à peine croire quant il regarda comment c’était beau. Elle couvrait entièrement la zone de problème. Puis il remarqua la femme marchant dans le centre de l’allée. Son visage était devenu comme une feuille. « Pasteur » dit-elle : « où avez-vous eu cette nappe ? » Le pasteur lui expliqua et la femme lui demanda de vérifier le coin inférieur droit si les initiales EBG avaient été tricotées. C’était les initiales de la femme et elle avait fait la nappe 35 ans avant en Autriche.


 La femme pouvait à peine y croire quand le Pasteur lui raconta comment il avait obtenu la nappe. La femme expliqua qu’avant la guerre elle et son mari vivaient à l’aise en Autriche.   Quand les Nazis arrivèrent, elle fut forcée de partir, son mari devait la suivre la semaine d’après. Il fut capturé et mis en prison et plus jamais elle ne revit son mari ou leur maison. Le Pasteur voulut lui remettre sa nappe mais elle demanda au Pasteur de la garder pour l’église.

 

Le Pasteur insista pour la reconduire à la maison, c’était le moins qu’il pouvait faire. Elle vivait de l’autre coté de Staten Island et venait à Brooklyn tous les jours pour son travail de femme de ménage. Quel excellent service ils ont eu pour la veillée de Noël. L’église était presque pleine, la musique et les esprits étaient formidables. A la fin du service, le pasteur et sa femme saluèrent tout le monde à la porte et beaucoup promirent de revenir.


 
 Un homme plus âgé que le Pasteur restait assis et regardait ; le Pasteur se demandait pourquoi il ne partait pas. L'homme lui demanda où il avait obtenu la nappe sur la paroi avant, car elle était identique à une nappe, que sa femme avait faite il ya longtemps de cela lorsqu'ils vivaient en Autriche avant la guerre et comment pourrait-il avoir deux nappes se ressemblant autant ?

 

Il dit au pasteur comme avec l'arrivée des nazis, sa femme fut forcée de fuir pour sa sécurité et qu'il était censé la suivre mais il fût arrêté et mis en prison. Il n'a jamais plus revu sa femme ou son domicile depuis 35 ans.

 

Le pasteur lui demanda s'il lui permettait de l'emmener faire un petit tour. Il le conduisit à Staten Island à la maison même où le pasteur avait déposé la femme trois jours plus tôt.

 

Il aida l'homme à monter les trois marches de l'escalier de l'appartement de la femme, frappa à la porte et vécut le plus grand des Noël qu'il n'avait jamais imaginé.

 

 

 

 

Texte recueilli par Nicole Marin

Repost 0
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 12:30

 

Le testament spirituel de Christian de Chergé

 

 

 

 

 

S'il m'arrivait un jour - et ça pourrait être aujourd'hui - d'être victime du terrorisme qui semble vouloir englober maintenant tous les étrangers vivant en Algérie, j'aimerais que ma communauté, mon Église, ma famille, se souviennent que ma vie était DONNEE à Dieu et à ce pays.

 

Qu'ils acceptent que le Maître unique de toute vie ne saurait être étranger à ce départ brutal. Qu'ils prient pour moi : comment serais-je trouvé digne d'une telle offrande ? Qu'ils sachent associer cette mort à tant d'autres aussi violentes laissées dans l'indifférence de l'anonymat. Ma vie n'a pas plus de prix qu'une autre. Elle n'en a pas moins non plus. En tout cas, elle n'a pas l'innocence de l'enfance. J'ai suffisamment vécu pour me savoir complice du mal qui semble, hélas, prévaloir dans le monde, et même de celui-là qui me frapperait aveuglément.

 

J'aimerais, le moment venu, avoir ce laps de lucidité qui me permettrait de solliciter le pardon de Dieu et celui de mes frères en humanité, en même temps que de pardonner de tout coeur à qui m'aurait atteint.

 

Je ne saurais souhaiter une telle mort ; il me paraît important de le professer. Je ne vois pas, en effet, comment je pourrais me réjouir que ce peuple que j'aime soit indistinctement accusé de mon meurtre.

 

C'est trop cher payé ce qu'on appellera, peut-être, la "grâce du martyre" que de la devoir à un Algérien, quel qu'il soit, surtout s'il dit agir en fidélité à ce qu'il croit être l'islam. Je sais le mépris dont on a pu entourer les Algériens pris globalement. Je sais aussi les caricatures de l'islam qu'encourage un certain islamisme. Il est trop facile de se donner bonne conscience en identifiant cette voie religieuse avec les intégristes de ses extrémistes.

 

L'Algérie et l'islam, pour moi, c'est autre chose, c'est un corps et une âme. Je l'ai assez proclamé, je crois, au vu et au su de ce que j'en ai reçu, y retrouvant si souvent de droit-fil conducteur de l'Evangile appris aux genoux de ma mère, ma toute première Église, précisément en Algérie et, déjà, dans le respect des croyants musulmans. Ma mort, évidemment, paraîtra donner raison à ceux qui m'ont rapidement traité de naïf, ou d'idéaliste : "Qu'il dise maintenant ce qu'il en pense !" Mais ceux-là doivent savoir que sera enfin libérée ma plus lancinante curiosité. Voici que je pourrai, s'il plaît à Dieu, plonger mon regard dans celui du Père pour contempler avec lui ses enfants de l'islam tels qu'il les voit, tout illuminés de la gloire du Christ, fruits de sa Passion, investis par le don de l'Esprit dont la joie secrète sera toujours d'établir la communion et de rétablir la ressemblance, en jouant avec les différences.

 

Cette vie perdue, totalement mienne, et totalement leur, je rends grâce à Dieu qui semble l'avoir voulu tout entière pour cette JOIE-là, envers et malgré tout. Dans ce MERCI où tout est dit, désormais, de ma vie, je vous inclus bien sûr, amis d'hier et d'aujourd'hui, et vous, ô amis d'ici, aux côtés de ma mère et de mon père, de mes soeurs et de mes frères et des leurs, centuple accordé comme il était promis !

 

Et toi aussi, l'ami de la dernière minute, qui n'aura pas su ce que tu faisais. Oui, pour toi aussi je le veux, ce MERCI, et cet "A-Dieu" envisagé de toi. Et qu'il nous soit donné de nous retrouver, larrons heureux, en paradis, s'il plaît à Dieu, notre Père à tous deux.

 

AMEN ! Incha Allah !

 

 

  Christian-de-Cherge.jpg

ALGER, 1er DECEMBRE 1993

TIBHIRINE, 1er JANVIER 1994

CHRISTIAN

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recueillis dans le Pélerin Hors-série L'ALBUM SOUVENIR Les moines de Tibhirine

Repost 0
Published by Christian de Chergé - dans Au fil de l'actualité...
commenter cet article
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 11:30

  18814 La Cruche Cassee f

 

 

Prière d'une petite cruche

 

 

 

Seigneur, excusez-moi si je vous dérange !

Il m'est venu à l'idée tout à l'heure

que vous aviez peut être besoin d'un saint...

Alors je suis venu pour la place

je ferai très bien l'affaire !

 

Quoi qu'on se dise

le monde est rempli de gens parfaits

Il y en a qui vous offrent beaucoup de sacrifices et,

pour que vous ne vous trompiez pas en les comptant,

ils les marquent avec une petite croix sur un carnet.

 

Moi, je n'aime pas faire des sacrifices.

ça m'ennuie énormément.

Ce que je vous ai donné, Seigneur,

vous saviez que vous l'avez pris

sans permission.

Tout ce que j'ai pu faire,

c'est de ne pas rouspéter...

 

Il y a aussi des gens qui se corrigent

d'une défaut par semaine.

Ils sont forcément parfaits

au bout d'un trimestre.

Moi, je n'ai pas assez confiance en vous pour faire ça

Qui sait si je vivrais encore au bout de la première semaine ?

Vous êtes si imprévisible, si impulsif mon Dieu !

Alors j'aime autant gardé mes défauts...

en m'en servant le moins possible.

 

Les gens parfaits ont tant de qualités

qu'il n'y a plus de place en leur âme

pour autre chose

Ils n'arriveront jamais à être des saints.

D'ailleurs, ils n'en ont pas envie...

de peur de manquer à leur humilité.

 

Mais, Seigneur, un saint c'est un vase vide

avec un peu de boue au fond.

Ce n'est pas propre, je le sais bien...

 

Si vous ne voulez pas de moi non plus,

Seigneur, je n'insisterai pas.

Réfléchissez pourtant à ma proposition,

elle est sérieuse.

 

Quand vous irez dans votre cellier,

rappelez-vous que vous avez,

quelque part sur la terre,

une petite cruche à votre disposition !...

 

 

Auteur inconnu - La Revue Prier

 

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by La revue Prier - dans Au fil de l'actualité...
commenter cet article
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 08:13

Jesus_Christ.jpg

 

 

 

 

 

Toi qui M'aimes, tel que je suis...

 

 

 

Seigneur, réconcilie-moi avec moi-même

Comment pourrais-je rencontrer

et aimer les autres si je ne me rencontre

et ne m'aime plus ?

 

Seigneur, Toi qui m'aimes tel que je suis

Et non tel que je me rêve,

Aide-moi à accepter ma condition d'homme

Limité mais appelé à se dépasser.

 

Apprends-moi à vivre

avec mes ombres et mes lumières

mes douceurs et mes colères

mes rires et mes larmes

mon passé et mon présent.

 

Donne-moi de m'accueillir

comme Tu m'accueilles,

de m'aimer comme Tu m'aimes

Délivre-moi de la perfection

que Tu me donnes,

Ouvre-moi à la sainteté

que Tu veux m'accorder

 

Épargne moi le remords de Judas

rentrant en lui-même pour n'en plus sortir,

épouvanté et désespéré par son péché

Accorde-moi le repentir de Pierre

rencontrant le silence de ton regard

plein de tendresse et de pitié

 

Et si je dois pleurer,

que ce ne soit pas sur moi-même

mais sur ton Amour offensé

 

Seigneur, Tu connais le désespoir

qui ronge mon coeur

Le dégoût de moi-même

Je le projette sans cesse sur les autres !

Que ta tendresse me fasse exister à mes propres yeux !

Je voudrais tellement déverrouiller la porte de ma prison

dont je serre moi-même la clef !

 

Donne moi le courage de sortir de moi-même

Dis moi que tout est possible à celui qui croit

Dis moi si je peux encore guérir

dans la lumière de ton regard et de ta Parole

 

 

M. Hubault

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0

Vous Êtes Sur

  • : au-coeur-du-lotus.over-blog.fr
  •  au-coeur-du-lotus.over-blog.fr
  • : Faire partager mes envies, ma spiritualité, mes livres, la musique, mon univers...
  • Contact

 

 

 

 

 

BlogLotus3

Recherche

Bloglotus3

Archives

 

 

BlogLotus4bis

Journal De Vie

blogLotus5